Les neurosciences disent qu’il ne faut pas encore abandonner le marketing imprimé

Alors que le monde devient plus mobile, plus numérique et plus dominé par les écrans tactiles, on a tendance à croire que la presse écrite va mourir. Cependant, certaines études neu­ros­cien­ti­fiques récentes ont montré qu’il serait imprudent pour les entre­prises de tourner le dos au papier pour faire passer leurs messages pour l’instant.

Le marketing papier est plus facile à inter­pré­ter pour notre cerveau et peut atteindre certains des points que le marketing numérique ne peut tout sim­ple­ment pas sembler.

L’époque des brochures sur papier glacé et des dépliants accro­cheurs n’est peut-être pas encore révolue…

Les neu­ros­ciences

Postes Canada a récemment commandé une étude menée par une entre­prise de neu­ro­mar­ke­ting qui a comparé les effets du marketing par publi­pos­tage par rapport au marketing par courrier élec­tro­nique et par affichage.

L’étude a utilisé le suivi oculaire, les compteurs d’ondes céré­brales EEG et des ques­tion­naires standard qui mesu­raient la charge cognitive (com­pré­hen­sion simple), la moti­va­tion (per­sua­sion) et les niveaux d’attention.

L’étude a révélé que le marketing imprimé (publi­pos­tage) était à la fois plus facile à digérer men­ta­le­ment et plus mémorable dans les tests de rappel de marque.

Cela suggère qu’il existe une dif­fé­rence dans la façon dont notre cerveau interagit avec le contenu papier et le contenu numérique. Il soutient une étude de l’Université Temple aux États-Unis plus tôt cette année qui a utilisé des scanners cérébraux IRMf pour comparer le marketing numérique et imprimé. L’étude a révélé que les publi­ci­tés papier ont un effet plus important sur la région du striatum ventral du cerveau, qui est associée au désir et à l’estime.

Une étude réalisée en 2009 par l’Université de Bangor au Royaume-Uni a suggéré que la publicité sur papier est plus efficace pour susciter des réactions émo­tion­nelles que les médias numé­riques, ce qui conduit à une plus grande « inter­na­li­sa­tion » du contenu et à un meilleur rappel du produit.

Fait inté­res­sant, une étude nor­vé­gienne a également révélé que « les élèves qui lisent des textes imprimés réus­sissent nettement mieux au test de com­pré­hen­sion en lecture que les élèves qui lisent des textes sous forme numérique ».

Nous voudrions peut-être nous souvenir des publi­ci­tés et du marketing les plus mémo­rables que nous ayons vus dans le passé : dans quelle mesure est-il numérique ?

Une approche multicanal

Bien sûr, il serait insensé de penser que de telles données d’études ramè­ne­ront le marketing sur papier ; De toute évidence, avec la pré­do­mi­nance des appareils mobiles et numé­riques, l’avenir du marketing est en grande partie numérique, en par­ti­cu­lier si l’on considère sa plus grande ren­ta­bi­li­té, ses capacités de ciblage et sa commodité globale.

Mais dans la grande trans­for­ma­tion de l’imprimé vers le numérique qui s’est produite au cours des 15 à 20 dernières années, l’imprimé peut encore jouer un rôle important.

Peut-être qu’une approche mul­ti­ca­nal est la plus logique lorsqu’il s’agit de stra­té­gies marketing. Différents médias inter­agissent avec notre cerveau de dif­fé­rentes manières — et les gens ont des pré­fé­rences dif­fé­rentes quant à la manière dont nous aimons absorber le contenu. Ainsi, en le mélan­geant à votre marketing, vous pourrez peut-être aider vos produits et services à atteindre un public plus large.

Assurez-vous que l’encre de votre impres­sion n’est pas encore sèche…



Agence Arkenciel

PRO
ASSO

Vous êtes un Professionnel ?

remplissez ce formulaire et nous vous recontactons rapidement

Vous êtes une Association ?

remplissez ce formulaire et nous vous recontactons rapidement



Source by Mark R Stephens

Laisser un commentaire